Chronique par Emmanuelle


Bon…je vais essayer de faire un récit…mais je suis ressortie de ce concert avec tellement d’émotions en moi, et tellement de petites étoiles dans les yeux, que j’avoue avoir du mal à écrire à ce sujet pour l’instant…mais voici mes premières impressions à chaud…

J’arrive à 17h sur Paris avec mon copain…grosse émotion en arrivant devant l’Européen…je me rend compte, enfin…de ce que je vais vivre…Je vois les lettres magiques devant la salle, « C A L O G E R O »…

On prend place dans la file…peu de personnes sont déjà là, c’est sûr, nous serons donc très bien placés… A 19H15 les portes ouvrent…ça y est, on y est…on rentre, on arrive dans cette salle, direct dans la fosse, deuxième rang ! GÉNIAL !
On aperçoit des petites têtes connues, Philippe Uminski (réalisateur de « Pomme C » mais surtout artiste exceptionnel !!)
Puis, à 20h15, ils arrivent…Calo, Chris, Michel, Olivier et Medhi…calo dit « bonsoir l’européeeeen, on y va ? » ! La réponse ne tarde pas, on hurle « ouaiiiiiiis » et ça décolle…sur « Mélodies en sous sol » !
Le son est géant, ça sonne comme dans un zénith mais dans une salle minuscule, c’est extra !!!

La set-list :

- Mélodie en sous-sol
- Le plus beau jour
- Game-over (excellent, avec des lumières style boîte de nuit, les riff des guitares…l’éclate totale ! Moi qui n’accrochait pas trop au titre sur l’album, changement total d’opinion, je l’ai redécouvert !)

Puis il nous dit à quel point nous lui avons manqué, que ça lui fait du bien de nous revoir ! Là une fille lui crie « je t’aimeeeeeeee » et il dit « merci ! Tu peux me le dire encore et toujours, et plus je vieillirais, plus j’apprécierais ! »

- Prendre racine (toujours aussi intense !)
Puis une grande surprise…on l’attendait au tournant, il nous a écouté, le titre inédit « les Electrochocs » faisait partie de la set list ! Il est transcendé après le morceau, avec cette chanson il se surpasse vraiment musicalement…un moment incroyable !

Ensuite il passe au piano pour « Drôle d'animal » (en nous disant qu’à chaque fois qu’il passe au piano à l’européen les gens ne le voit plus car le piano est excentré vu la taille de la scène, il dit « c’est bon, tout le monde me voit ? » Et puis il ajoute qu’avec cet européen et les moyens qu’ils avaient maintenant ils avaient essayé de le mettre plus en hauteur, mais que bon, finalement ça revenait au même)

Deuxième grande surprise… "Six milliards de personnes »…si on laisse « Pomme C » se dérouler jusque la fin, on entend une jolie musique en bonus…et bien ce bonus n’est pas qu’une mélodie, c’est une chanson écrite par Zazie, un inédit…une chanson vraiment magnifique, je regrette qu’elle ne soit pas sur l’album !

Toujours au piano, « Si seulement je pouvais lui manquer »…moment toujours magique, avec toute la salle qui reprend en chœur la chanson…c’est trop beau à entendre !
Il reprend ensuite sa basse pour « Un jour parfait » (alors là c’est la folie dans la fosse, parce que ça rappelle à tout le monde le début des concerts de la tournée précédente)
Puis il nous parle de l’eurovision…en expliquant que malgré cette réputation de « France, two points », en 1965, Luxembourg rimait avec Gainsbourg…et que donc, lorsque l’on a du talent, on peut tout faire, même l’eurovision…et là…ça décolle pour une reprise très rock n’roll de « Poupée de cire, poupée de son » ! Excellente reprise, aussi surprenante que « Du côté de chez Swann » sur la tournée précédente !!

Puis il nous reparle encore, d’ailleurs il dit qu’il parle parce que c’est l’européen, mais que dans les zéniths et les Bercy il parlera moins donc qu’il en profite. Il nous raconte qu’avant chaque tournée il a des douleurs qui lui arrivent, des crises d’angoisse…que plus jeune quand il faisait des crises d’angoisses pour son avenir incertain dans la musique, il appelait toujours SOS médecin et qu’on lui disait qu’il n’avait rien…et il enchaîne avec, bien sûr : Hypocondriaque (magique en concert, tout comme « Game over » elle me plait beaucoup plus en live que sur l’album, j’ai adoré et je la redécouvre totalement !)

Puis, il s’installe tout devant la scène, avec seulement son micro et entame : « Tien an Men », suivi de « Yalla » (encore une fois, c’est trop beau quand le public chante comme ça !!!)

Ensuite on se croirait en boîte sur le titre « Le saut de l'ange » c’est excellent !!!
Puis, « Suis-je assez clair », toute la fanzone sort les petites pancartes en pomme préparées avec amouuur (ce sont des pommes avec marqués d'où l'on vient, du nord, du sud, de l'est ou de l'ouest) Il est tellement perturbé de voir les pancartes qu’il en oublie ses paroles…A cause de nous, bravo les fans !

Ensuite, la chanson pour les femmes, celle que nous attendons toutes mesdemoiselles et mesdames : « Me dit-elle » !

Puis, un départ raté sur « Aussi libre que moi »…Il stoppe puis dit que l’européen ça sert à ça, on sera les seuls à avoir des petits bouts de chansons comme ça, le début des chanson loupées ! puis il dit que cependant, Paul Mc Cartney lui aussi il se plante souvent, et au même endroit ! Et là il nous offre quelques mesures de Penny Lane en se ravisant et en disant « non, c’est pas celle là » et là nous avons droit à un couplet entier de "Back in USSR". En nous disant « Je vais vous montrer où il se plante tout le temps » Moi qui adore les Beatles je suis ravie et je me demande d’ailleurs à quand une reprise entière !!

Il reprend ensuite en recommençant "Aussi libre que moi". Tellement surpris de l’accueil du public pour la chanson qu’il nous laisse chanter, moi je trouve qu’on se démerde vraiment bien, ça sent l’entraînement et la préparation de la tournée, on est prêt nous !

Face à la mer, encore une fois, j’adore cette version solo de la chanson, j’adoooore ! Puis les bras qui se lèvent de gauche à droite…rah la la quelle ambiance ! Il profite de la fin de cette chanson pour remercier les musiciens et la technique !
Bien sûr, on le rappelle…on va quand même pas le laisser partir comme ça après un show aussi exceptionnel !

Les musiciens reviennent, Calo aussi…et c’est parti pour « Pomme C », suivi d’ « En apesanteur »…d’ailleurs à ce sujet il dira « C’est bon, je suis rassuré mon public est toujours là », faut dire que ça braille dans l’européen
Tout le monde hurle après ça « Une autre ,une autre »…chose faite, ne restent plus sur la scène que Calo et Chris pour le duo magique…Calo au piano et Christophe au Santoor (le Santoor qui est un instrument iranien qui vient d’Iran ! Selon Calo) : Danser encore. Magique…le silence se fait dans la salle pour laisser place à ses deux grands artistes…

Et c’est la fin…d’une soirée magique et inoubliable…Calo file retrouver sa copine Zazie au zénith de paris le temps d’un duo…moi je reste avec des rêves plein la tête, d’une soirée exceptionnelle où je me suis éclatée comme jamais ! Je ne me suis jamais autant trémoussée à un concert

Bref une soirée riche en émotions…

Encore une fois, merci Calo… (Pas besoin de dédicaces, ou de photo avec cet artiste...il donne tout par sa musique...bref...je vais souler encore plus mon entourage avec lui)